Laboratoire franco-russe ARTEMIR

Laboratoire franco-russe ARTEMIR

Akademgorodok, la cité académique, celle que certains nomment aujourd’hui la « Silicon Taïga », est un lieu créée de toutes pièces en 1958, en Sibérie, à proximité de Novosibirsk. Fin 2015, cet environnement grandiose a accueilli un atelier de formation sur les méthodes 3D appliquées à l’étude des sites archéologiques. Organisé à l’occasion de l’inauguration du laboratoire Miroir sibérien dans le cadre du laboratoire international associé (LIA) franco-russe ARTEMIR, regroupant quatre structures françaises, dont l’université de Bordeaux et quatre russes, dont l’université d’État de Novosibirsk. ARTEMIR est dédié à la recherche multidisciplinaire sur l’art préhistorique d’Eurasie. Piloté par Hugues Plisson du laboratoire PACEA de l’université de Bordeaux, ce LIA a été créé pour développer le partenariat scientifique, la formation et les échanges universitaires sur les nouvelles approches des sites archéologiques. L’accent est mis sur les études globales et interdisciplinaires des sites d’art préhistorique et les méthodes d’acquisition et de traitement 3D. C’est pourquoi, le LIA réunit des institutions et chercheurs spécialisés dans différents champs de recherche en archéologie (art mobilier, art rupestre, tracéologie, etc.), en géosciences (géologie, géomorphologie, etc.) et en imagerie (laserscanning, SIG, photogrammétrie).



TOP