Ouvrir le droit français à un public anglophone

Ouvrir le droit français à un public anglophone

Rédigée en anglais, la Montesquieu Law Review est une revue électronique trimestrielle sur le droit français et sur les derniers développements de la recherche destinée à la communauté internationale.

Cette publication numérique s’adresse donc aux personnes intéressées par le droit français qui ne peuvent pas y accéder pour des raisons linguistiques.

Créée par le Forum Montesquieu, avec le soutien de la faculté de droit et de science politique de l’université de Bordeaux, la Montesquieu Law Review (MLR) se donne comme objectif de rendre accessible au public anglophone les évolutions importantes du droit français et de la doctrine française.

Comprendre le droit français dans la langue de Shakespeare

La discipline juridique est par nature liée à un usage précis du langage, elle est donc hautement déterminée par la culture d’où elle provient. Les processus de qualification des faits, de conceptualisation des normes et les catégories juridiques sont tributaires d’une maîtrise sans faille du langage.

D’autre part, le droit français attise toujours l’intérêt de nombreux chercheurs dans le monde entier mais le niveau en français n’est pas d’une qualité suffisante pour le comprendre pleinement, ce qui limite la diffusion de la science juridique française.

Selon le professeur Jean-Bernard Auby « Tous les juristes des systèmes démocratiques, qui relèvent de la tradition anglo-saxonne ou continentale, partagent certaines valeurs fondamentales. L’objectif de la “Montesquieu Law Review” est donc de permettre aux juristes anglophones, curieux d’être informés des actualités du droit français, que ce soit dans la législation, la jurisprudence ou même la doctrine, d’y accéder directement dans la langue de Shakespeare. »

Julian Lonbay, professeur de droit à l’Université de Birmingham et spécialiste en matière de formation juridique, avocat et membre de la délégation britannique au Conseil des barreaux européens, précise : « La Montesquieu Law Review enrichira sans doute la littérature juridique européenne, qui permettra à un public non-francophone de lire et de comprendre les  questions qui se posent dans le droit français, et de voir comment elles sont traitées en France, pays mondialement réputé par son système juridique civil « classique ».

La MLR permet donc de disposer d’une approche complète et précise sur l’actualité du droit français, traduite correctement. La revue s’inscrit également dans une perspective de droit comparé pour replacer le droit français dans un contexte de mondialisation. La Montesquieu Law Review contribue donc à l’internationalisation de la recherche en droit et assure la visibilité de la doctrine française à l’international.

Télécharger le 1er numéro de la revue

Voir le site de la MLR

Une revue numérique pensée par la communauté du droit et de science politique

La direction scientifique de la MLR est menée par Jean-Bernard Auby et Mireille Delmas-Marty. Jean-Bernard Auby est Professeur des Universités à Sciences Po et Directeur de la chaire « Mutations de l'Action Publique et du Droit Public » à Sciences Po Paris.  Mireille Delmas-Marty est professeure honoraire au Collège de France, titulaire de la Chaire d'Etudes juridiques comparatives et internationalisation du droit (2003-2011). De plus, elle a été l’invitée 2014 de la chaire Gilles Deleuze «  Métropole, nature et démocratie » portée par la fondation Bordeaux Université.

Le Comité d’honneur compte parmi ses membres : Stephen G. Breyer, juge de la Cour suprême des Etats-Unis ; Françoise Tulkens, ancienne juge de la Cour européenne des droits de l’homme ; J.H.H. Weiler, président de la European University Institute, et Olivier Dutheillet de Lamothe, ancien président de la section sociale du Conseil d’Etat.

Olivier Dubos, coordonnateur du Forum Montesquieu, précise : « Des hautes personnalités françaises et étrangères réputées dans le monde du Droit ont accepté d’apporter à la MLR leur parrainage. Toute la communauté du droit et de science politique de l’université de Bordeaux s’est investie pour proposer un premier numéro d’une très grande qualité. »

Le prochain numéro est prévu pour juin 2015 et aura pour thème la vie privée.



TOP