Communication entre nanoobjets et photoprocessus confinés au sein des polymersomes

L’étude menées par les deux équipes bordelaises des docteurs McClenaghan de l’ISM et Lecommandoux du LCPO a pour objectif de développer l’utilisation de récepteurs moléculaires capables de capturer et de libérer sous action de la lumière des espèces chimiques (ions/molécules) pouvant agir comme messagers pour établir une communication avec un site ou une molécule distants, dans des milieux confinés pseudo-biologiques.

La communication chimique entre molécule représente un enjeu majeur pour intégrer des approches biomimétiques[1] à la nanotechnologie. L’étude menées par les deux équipes bordelaises des docteurs McClenaghan de l’ISM et Lecommandoux du LCPO a pour objectif de développer l’utilisation de récepteurs moléculaires capables de capturer et de libérer sous action de la lumière des espèces chimiques (ions/molécules) pouvant agir comme messagers pour établir une communication avec un site ou une molécule distants, dans des milieux confinés pseudo-biologiques.

A terme ces processus de communication pourraient intervenir dans le développement de réseaux moléculaires ou de cellules artificielles, dans la modulation de processus cellulaires ou encore au niveau de diagnostics médicaux.

A l’issue des un an, plusieurs avancées importantes ont été effectuées dans différents domaines (deux publications sont en cours de rédaction). Les équipes des docteurs McClenaghan et Lecommandoux sont notamment parvenues à créer une nouvelle d’architecture de compartiment permettant de contenir trois types de vésicules différents -dont le suivi était rendu possible via l’émission de trois couleurs de lumière. Elles ont également réussi à guider grâce à une émission de lumière des messagers d’une vésicule à l’autre.


[1] Consiste à imiter la nature (mécanisme biologiques, organisation des écosystèmes, etc.) pour une exploitation artificielle sur des objets conçus par l'homme.

  • Coordinateur du projet : Nathan McClenaghan
  • Volet : Emergences
  • Laboratoire : Institut des Sciences Moléculaires (ISM), unité mixte de recherche 5255 CNRS/ Université Bordeaux 1/IPB


TOP