Analyse structure-toxicité du peptide Aß impliqué dans l’apparition de la maladie d’Alzheimer

L’approche originale de cette étude, alliant la génétique à la biophysique représente une occasion inédite  pour ouvrir de nouvelles collaborations sur le campus bordelais, sur un défi sociétal d’envergure, la maladie d’Alzheimer.

Il a été démontré l’assemblage de peptides amyloïdes beta[1] (A?) en plaque amyloïdes, dans des régions spécifiques du cerveau, constituent un élément déclencheur de la maladie d’Alzheimer. Points clés pour appréhender les mécanismes moléculaires impliqués dans cette dernière, les différentes étapes de production des plaques amyloïdes (l’amyloidogenèse) ainsi que les interactions avec les membranes sont pourtant encore méconnues.

Travaillant en collaboration étroite avec le laboratoire CBMN (équipe de Sophie Lecomte), Christophe Cullin et son équipe de l’IBGC cherchent à analyser les propriétés (morphologie et structure) de ces amyloïdes pour établir un lien entre la structure du peptide A? et son degré de toxicité pour la membrane. L’approche originale de cette étude, alliant la génétique à la biophysique représente une occasion inédite  pour ouvrir de nouvelles collaborations sur le campus bordelais, sur un défi sociétal d’envergure, la maladie d’Alzheimer.

Un an plus tard, ce projet de recherche a abouti à une documentation plus précise sur la capacité d’assemblage des peptides A?. Le plus toxique de ces derniers forme ainsi des plaques amyloïdes stables. Pour cela ces dernières devront désormais être étudiées. De la même façon, Christophe Cullin et son équipe de l’IBGC ont pu analyser les interactions de ces peptides A? avec les membranes plasmiques parvenant à la conclusion que les types d’échanges entre ces deux derniers dépendaient de deux critères : le type de peptide A? considéré et la composition de la membrane. Ce dernier résultat fera l’objet d’une publication dans une revue scientifique.


[1] Molécule synthétisée par l’organisme, surtout localisée au niveau du cerveau mais aussi dans la circulation sanguine.

  • Coordinateur du projet : Christophe Cullin
  • Volet : Emergences
  • Laboratoire : Institut de Biochimie et Génétique Cellulaire (IBGC), unité mixte de recherche 5095 CNRS/Université Bordeaux Segalen


TOP