3 questions à Jean-Baptiste de la Rivière, directeur R&D, Immersion

Immersion, est leader européen des technologies 3D immersives et collaboratives innovantes pour le monde de l’industrie et de la recherche. Immersion contribue au projet Phenovirt. Entretien.

3 questions à Jean-Baptiste de la Rivière, directeur R&D, Immersion

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre entreprise ?

C’est après avoir lu “La Réalité virtuelle”, ouvrage de référence dans le domaine, qu’Immersion voit le jour en 1994. Les applications industrielles de réalité virtuelle sont alors encore embryonnaires, mais l’aventure démarre. Vingt ans plus tard, Immersion est devenue le leader européen et acteur international majeur des technologies 3D immersives et collaboratives innovantes pour le monde de l’industrie et de la recherche. Acteur connu et reconnu des grands groupes, nous leur fournissons des solutions sur mesure et clés en main. 20 années d’expérience et l’équipe pluridisciplinaire que nous mettons à la disposition de leurs problématiques nous permettent effectivement d’accompagner les projets de nos clients, de l’analyse approfondie de leurs besoins à l’installation et la maintenance des solutions. Reposant sur une combinaison de produits existant sur le marché et de solutions propres intégralement conçues en interne, à Bordeaux, ces systèmes s’intègrent tout autant dans les infrastructures existantes que dans les processus.

Quelle est la nature de votre collaboration avec l’EquipEx Phenovirt ?

Immersion contribue au projet Phenovirt en mettant à disposition son expérience unique et les connaissances et capacités de ses équipes à identifier, intégrer et mettre en œuvre, ainsi qu’inventer et concevoir, des interfaces avancées favorisant l’immersion et l’interaction dans un environnement 3D. Ces technologies sont effectivement jugées critiques concernant certains volets de cet EquipEX, dans lesquels l’enjeu est de plonger des patients dans des environnements virtuels aux caractéristiques suffisamment proches du contexte réel pour que les observations scientifiques y soient pertinentes. L’intérêt d’exploiter ces technologies de la simulation 3D dans un contexte clinique est d’ainsi disposer d’un environnement physique unique, regroupant tous les équipements que nous fournissons, et qui puisse donner vie aux nombreuses expériences imaginées par les partenaires du projet. L’environnement est parfaitement contrôlé, offrant au patient un cadre sécurisé et à l’équipe un ensemble d’outils de configuration et d’observation sans pareil.

Que vous apporte cette collaboration (en termes de R&D) ?

Ce nouvel ensemble d’outils pour l’interaction, la visualisation et l’observation n’a de sens que si les solutions mises en œuvre sont adaptées à ces nouveaux usages. Nous sommes effectivement pleinement conscients du besoin de comprendre en profondeur les usages que ces nouvelles interfaces doivent adresser pour s’assurer d’y répondre au mieux. Or, autant nous maîtrisons les techniques d’immersion et d’interaction et avons la capacité de les adapter à un contexte particulier, autant nous n’avons aucune connaissance des cas d’usage clinique potentiels de ces technologies ni de leur mise en œuvre. C’est pour assurer cette complémentarité que nous collaborons avec l’USR SANPSY. Nous avons, depuis le début du projet, confronté les interfaces existantes de visualisation, interaction et captation aux besoins terrain, avons identifié leurs limites et nous repensons actuellement certaines de ces solutions pour les adapter aux scénarios identifiés et développés par l’équipe du Professeur Philip. C’est pour Immersion une opportunité unique de défricher de nouvelles applications pour nos technologies de simulation, d’adapter et d’appliquer à un nouveau domaine des solutions utilisées aujourd’hui le plus souvent par l’industrie, et de le faire au côté des équipes les plus renommées.

Pour aller plus loin:



TOP