Ma thèse en 180 secondes : Défi relevé pour valoriser les doctorants et leurs recherches

Trois minutes pour exposer de manière compréhensive et attractive sa thèse avec une seule diapositive en support.

Ma thèse en 180 secondes : Défi relevé pour valoriser les doctorants et leurs recherches

Le 10 juin à Lyon s'est déroulée la finale nationale de Ma thèse en 180 secondes, remportée par Marie-Charlotte Morin, doctorante en biologie cellulaire à l'université de Strasbourg. Avant cette dernière étape française, La finale régionale eut lieu le mardi 6 mai après-midi, au domaine du Haut-carré, sur le campus de Talence.

Trois minutes pour exposer de manière compréhensive et attractive sa thèse, avec une seule diapositive en support. C'est le défi qu'ont relevé les dix finalistes, venant de l'université de Pau et des Pays de l'Adour, et de l'université de Bordeaux, après une préparation de plusieurs semaines. Ils ont été notés sur trois critères : la vulgarisation, la communication orale et la structuration de leur exposé, par le public et les membres du jury, partenaires et acteurs de la médiation scientifique en Aquitaine (Cap Sciences, Inserm, Casden, CNRS, Aquitaine Science Transfert...).

L'université de Bordeaux a remporté trois prix sur quatre. C'est Ariane, doctorante en chimie sur la relation Laser-matière de l'université de Pau et des pays de l'Adour qui remporte le premier prix et un chèque de 500 euros, avec une sélection pour la finale nationale qui se déroulera à Lyon. Les lauréats auront la chance de participer à la finale internationale à l'automne prochain, au Québec.

Un concept inédit pour valoriser les doctorants, leurs recherches et leurs universités

Initié en France par le CNRS et CPU, et organisé par l'université, ce concept est inspiré d'un similaire venant de l'université du Queensland, en Australie. Il a été repris en 2012 par l'Association francophone du savoir au Québec, qui voulait étendre le projet à tous les pays francophones. Ce concours permet au doctorants de développer leurs aptitudes en communication, tout en diffusant leurs recherches sur l'espace public. De plus, la visibilité pour l'université, pour ses formations et ses domaines de recherche, est accrue par la diffusion sur internet des prestations. A Bordeaux, les formations écrite et orale suivies par les candidats ont été valorisées par l'université, et intégrées dans leur doctorat. Dans ce cadre de valorisation de la recherche à l'international, et des compétences des doctorants, la mission investissements d'avenir s'est associée à cet évènement.



HAUT