Pôle Recherche, international, partenariats et innovation (RIPI)

L'infrastructure opérationnelle de l'IdEx Bordeaux

Depuis septembre 2016, le pôle Recherche, international, partenariats et innovation (RIPI) de l'université est le point d’entrée de tous les programmes et projets développés dans le cadre des Investissements d’avenir, dont le programme d’Initiative d’excellence, en collaboration avec les partenaires : organismes de recherche, écoles, universités.

L’ingénierie des programmes IdEx consiste à préparer les contenus des programmes, coordonner les activités pour leur mise en oeuvre, assurer le suivi des projets et actions développés, incluant le monitoring des objectifs de résultat, la promotion interne et externe des programmes et projets, et l’accompagnement au recrutement de fonds externes.

Structuration actuelle du pôle Recherche, international, partenariats et innovation (RIPI) de l’université de Bordeaux :

Direction des grands projets : Elle porte la coordination générale des programmes Initiative d’excellence ainsi que le volet « Défis scientifiques », « Culture des talents » et « Formations de demain » de l’IdEx Bordeaux. En son sein, le bureau évaluation et prospective oeuvre à l'analyse et au suivi de l’impact des programmes et projets, l’amélioration continue des actions et l’anticipation des actions à lancer.

Direction des relations internationales : Elle est en charge du volet « Rayonnement international » ce qui la mène à soutenir l’internationalisation (formation, recherche et administration), conduire des actions de développement de la réputation internationale, développer des partenariats et des réseaux internationaux, accompagner le développement des carrières par la mobilité internationale.

Direction innovation, partenariats, entreprises : Elle porte les volets « Communauté étudiante » et ainsi développe l’esprit d’initiative comme levier d’une plus forte professionnalisation des étudiants et le volet « Connexion avec la société » pour contribuer à la compétitivité du territoire, permettre la circulation des savoirs entre recherche et société, en collaboration avec les acteurs socioéconomiques.

Direction des ressources :  Elle accompagne les projets et actions dans l’exécution administrative et financière et la relation avec l’ensemble des services des établissements partenaires (ressources humaines, finances, juridique) pour s’assurer des modalités de leur mise en oeuvre.

Contact

Direction des grands projets 

Anne Leblond
Chargée de la coordination

166, cours de l'Argonne
33 000 Bordeaux

Mail




Actions de promotion internationale

La direction des relations internationales coordonne un ensemble d'actions visant à renforcer la visibilité de l'université de Bordeaux en tant qu'établissement international par la promotion de son image d'excellence :

  • la communication : promotion des programmes phares ciblée auprès des étudiants, chercheurs et partenaires ;
  • les classements : analyse et suivi de l'évolution du positionnement de l'université dans plus de 15 rankings dont Academic Ranking of World Universities (ARWU), Times Higher Education (THE), QS World University Rankings et Leiden Rankings ;
  • les réseaux : participation active à l'European Association for International Education (EAIE), l'European University Association (EUA), l'Agence universitaire de la francophonie (AUF) et la Venice International University (VIU). Présence et contribution renforcées aux conférences APAIE, NAFSA et EAIE.

L'internationalisation suppose de s'investir dans un processus approfondi et transversal visant à faire évoluer la recherche et la formation mais également notre capacité d'innovation et nos modalités de gouvernance. Notre action s'articule autour de trois axes : développer l'internationalisation « at home », renforcer les réseaux internationaux et accroître la présence à l'étranger. Cette stratégie vise à améliorer la réputation internationale de l'université et à diffuser une culture de l'international dans toutes les strates de l'institution. 

Vincent Dousset, vice-président en charge des relations internationales de l’université de Bordeaux



Bureau évaluation et prospective

Le bureau évaluation et prospective prend la suite de l'Observatoire des programmes IdEx au sein de la direction des grands projets. Il a vocation à produire des outils, méthodologies et analyses pour aider au pilotage du programme IdEx Bordeaux. Mis en place dès 2012 pour préparer l'évaluation intermédiaire de l'IdEx, il accompagne son déploiement opérationnel depuis 2016.

Les objectifs et missions :

L’évaluation et la prospective sont pensées et déployées comme un levier de construction d’une université de recherche internationale. Depuis 2016, une offre de services spécifiques a été mise en place autour de quatre axes :

  • la réalisation d’études : évaluation de projets, programmes et volets de l’IdEx, benchmarking, études prospectives, analyse d'impact et d'image, production d’études ad hoc fondées sur le requêtage de bases de données publications, brevets et d'une base de données partenariale de l'université de Bordeaux ;
  • l'accompagnement méthodologique : au dépôt de projet, à la réalisation de benchmarking ;
  • l'organisation de formations méthodologiques pour assurer une montée en compétence des équipes ;
  • la structuration et l'animation de groupes de travail sur les classements et réseaux internationaux.


Outil base de données partenariale

Cet outil a pour objectif de soutenir une politique partenariale d’établissement efficiente en développant une connaissance fine de la réalité des relations existantes. Cette cartographie aide l'université à prendre la mesure de son actif, des données qu'elle gère et génère et de leur utilisation à des fins stratégiques. À ce jour, la base recense :

  • 12 000 partenaires publics et privés nationaux et internationaux ;
  • près de 100 pays avec lesquels l'université a tissé des relations partenariales ;
  • 29 000 actes contractuels couvrant l'ensemble des champs d’interventions de l'établissement.

L’implication des équipes de l'université de Bordeaux a permis d’établir une représentation à 360 degrés de nos relations partenariales, en dépit de quelques données qui restent à ce jour à finir de collecter. La démarche de recensement a été très bien accueillie et a permis de prendre conscience de l’utilité d'avoir une connaissance fine de notre écosystème partenarial.

Olivier Pujolar, vice-président en charge des partenariats de l'université de Bordeaux



HAUT