Vers un agenda pluridisciplinaire sur l’eau

A travers son action « Agendas », l’IdEx Bordeaux soutient la structuration d’une expertise pour aborder des enjeux posés par des grands défis sociétaux tels que « l’eau ».

@SMEAG@SMEAG -

En complément d’une approche de la programmation de la recherche « curiosity driven » -consistant à entrer dans une problématique en suivant le fil des questionnements disciplinaires-, une approche dite « challenge based » axée sur la structuration d’expertises pluridisciplinaires à partir de grands défis (économiques, sociétaux, technologiques) se développe. Cette approche est notamment un des éléments clés de la programmation européenne H2020, et des stratégies nationales d’innovation des grands pays industrialisés.

De telles démarches doivent être co-construites autour d’une analyse fine des questions de recherche sous-jacentes à ces enjeux, et demandent à ce qu’un dialogue pluridisciplinaire puisse s’établir entre les différentes expertises indispensables pour les aborder. C’est dans ce cadre que l’IdEx Bordeaux soutient le développement de grands « agendas pluridisciplinaires », associant des partenaires académiques et socio-économiques autour de questions d’intérêt particulier pour le territoire, d’enjeux déterminants pour la société, ou partant de domaines dans lesquels la recherche bordelaise dispose d’une expertise internationale avérée.

Une première action pilote a été initiée autour de la thématique de « l’eau », portée par Denis Salles - directeur de recherche en sociologie à l’Irstea et adossée au LabEx COTE. Outre l’identification de questions de recherche, de besoins en formation ou de voies d’innovation, il s’agit également de tester une méthode qui pourra être reproduite sur d’autres thématiques à venir.

1. Quelle est la particularité de la démarche Agenda ?

DS. L'Agenda eau est une démarche originale et expérimentale souhaitée par l'IdEx Bordeaux pour définir sa programmation scientifique dans le domaine de l'eau et des enjeux associés. Il s'agit, par une approche collaborative réunissant scientifiques, acteurs socio-économiques, gestionnaires publics et société civile, de déterminer les questions majeures dans le domaine de l'eau pour les décennies à venir. Sur cette base, il convient alors de définir les besoins de connaissances et les questions à porter sur le front de la recherche scientifique pluridisciplinaire.

2. En quoi est-ce que la thématique de l'eau se prête bien à cette démarche ?

DS. L'eau, vitale pour les besoins humains, pour les milieux et l'environnement et pour les activités socio-économiques, n'est pas un bien comme les autres et est vulnérable. Dans le contexte des changements globaux, les tensions sur l'eau vont s'exacerber partout sur la planète. Localement sur les territoires, le changement climatique renouvelle les questionnements sur les besoins et les usages, sur les fonctionnalités écologiques, sur les procédés technologiques, sur les modes de gouvernance de l'eau. Cette perspective complexe se prête particulièrement bien à l'exercice de l'Agenda eau.

3. Quelle va être la première étape du projet à partir de janvier 2015 ?
DS. L'équipe chargée de la conduite de l'Agenda eau est désormais en place avec le recrutement d'un chargé de mission (Vincent Marquet), l'appui du LabEx COTE et de la Mission Investissement d'Avenir. La première étape consiste à poser les bases conceptuelles de cette approche « challenge based research » et à explorer des initiatives similaires au niveau international. Un groupe prospectif composé de chercheurs, d'acteurs socio-économiques, de gestionnaires et de représentants de la société civile est en cours de constitution et il sera chargé d'exprimer et de hiérarchiser les besoins de connaissances qui permettront à l'IdEx Bordeaux de fixer ses priorités en matière de recherche sur l'eau. Ce travail sera alimenté par les résultats d'une étude sociologique conduite début 2015 auprès d'un panel d'acteurs clés de l'eau. Fin 2015, un forum public présentera l'ensemble du travail où des contributions nombreuses et pluralistes sont attendues pour permettre de relever les défis tant sociétaux que scientifiques de l'eau.



HAUT