Neurosciences

Laboratoire d'excellence BRAIN 

(Bordeaux Région Aquitaine Initiative for Neurosciences)

Equipement d'excellence OptoPath

Equipement d'excellence PHENOVIRT

(Phénotypage humain et réalité virtuelle)

PHENOVIRT_Simulateur-de-conduite-Equipex-Phenovirt-C-Olivier-Got
 




BRAIN

Objectif : relever les grands défis auxquels la recherche en neurosciences fait face en initiant des projets pluridisciplinaires à visée internationale.

LabEx placé sous la direction de Daniel Choquet.

BRAIN permet d’initier de nouvelles idées et des projets transverses, en rassemblant un consortium pluridisciplinaire de scientifiques de renommée mondiale, dans le but de relever les plus grands défis en termes de recherche sur la neuroscience.

Dans cette optique, BRAIN s’est construit sur la diversité et sur l’expertise complémentaire de ses partenaires et équipes, dans les champs d’application suivants :

  • imagerie haute définition
  • biologie cellulaire des neurones
  • physiologie des réseaux neurologiques
  • comportement humain et animal
  • mécanismes des troubles neurodégénératifs et comportementaux

BRAIN met également l’accent sur les développements technologiques, le partage des ressources et l’éducation, en créant un centre de formation international pour la recherche en neurosciences, l’Ecole des neurosciences de Bordeaux (ENB).

Contact

LabEx BRAIN

Daniel Choquet

Directeur du LabEx

Mail

Claire Herzog

Chef de projet du LabEx 

Mail

86 chercheurs pour un total de 393 personnels 1 M€ par an pour les plateformes technologiques mutualisées 37 projets 
 
554 publications dont 30 issues directement des projets financés
20 partenaires industriels 42M€ de co-financements
 
4 subventions ERC 2 médailles CNRS  
Daniel Choquet,  directeur de recherche au CNRS et directeur de l’Institut Interdisciplinaire de Neurosciences (CNRS, université Bordeaux)© BRAIN

Le LabEx BRAIN a contribué de manière déterminante à l’émergence de projets collaboratifs transdisciplinaires entre les équipes de Bordeaux Neurocampus, à la création de l’Ecole des neurosciences de Bordeaux et à renforcer le sentiment d’appartenance à une communauté cohérente d'importance internationale.

Daniel Choquet,
directeur de recherche au CNRS et directeur de l’Institut Interdisciplinaire de Neurosciences (CNRS, université de Bordeaux)

Zoom sur...
L’École des neurosciences de Bordeaux (BSN)Maquette de Neurocampus - © BRAINL’École des neurosciences de Bordeaux (BSN)

Unique en Europe, BSN a pour vocation d'offrir à la communauté internationale une plateforme de haut niveau technologique, donnant la possibilité d'organiser une formation pour la recherche en neurosciences sur la base de la pratique expérimentale. Cette singularité a permis à BSN de signer en juillet 2014 un partenariat avec la FENS et IBRO – deux des plus importantes organisations consacrées à la recherche en neurosciences – pour le lancement du Cajal Advanced Neuroscience Training Program. L'École a ainsi accueilli les deux premières sessions de ce programme en 2015 et organisera quatre autres sessions en 2016. Le LabEx BRAIN soutient ce projet à hauteur de 1,7M€, dont une grande part pour subvenir à l'achat des équipements initiaux et aux coûts de fonctionnement de l'Ecole des neurosciences. Un soutien...



OptoPath

Objectif : établir une plateforme d’innovations instrumentales et procédurales en psychopathologie expérimentale.

EquipEx placé sous la direction de Véronique Deroche-Gamonet.

OptoPath constitue une avancée technologique majeure et décisive en matière d'identification de nouvelles cibles thérapeutiques contre quatre troubles psychologiques majeurs :

  • l'addiction
  • l'obésité
  • les troubles anxieux
  • les déficits de la mémoire

OptoPath allie l'expertise de neurobiologistes, d'électrophysiologistes et de psychologues expérimentaux.

Leurs efforts se concentrent sur les points suivants :

  • Modèles comportementaux innovants chez les rongeurs de ces psychopathologies à haute incidence présentant des troubles comportementaux complexes. Afin de se rapprocher le plus possible de la symptomatologie humaine, les critères de diagnostic et les caractéristiques cliniques des pathologies considérées ont été opérationnalisés chez les rongeurs.
  • Des outils de pointe pour la recherche neurobiologique associant des technologies telles que l'électrophysiologie multi-sites, l'optogénétique et l'imagerie vasculaire cérébrale profonde.

Contact

OptoPath

Neurocentre Magendie
146 rue Léo Saignat
33077 Bordeaux

Mail

 
8 groupes de recherche académique  3 partenaires industriels
 
4 cibles : addiction, obésité, troubles de stress post-traumatique, troubles amnésiques liés au vieillissement 6M d'€ de budget  
Véronique Deroche-Gamonet, directrice de recherche Inserm au sein du laboratoire de Physiopathologie de la plasticité neuronale© OptoPath

OptoPath est un lieu dédié à l’innovation instrumentale et procédurale. OptoPath lance un défi décisif pour la compréhension de mécanismes psychopathologiques et l'identification de cibles thérapeutiques pertinentes : enregistrer et manipuler, en temps réel, chez le rongeur, des populations neuronales impliquées dans l’expression de comportements pathologiques dont la validité est forte en terme translationnel.

Véronique Deroche-Gamonet,
directrice de recherche Inserm au sein du laboratoire de Physiopathologie de la plasticité neuronale

Zoom sur...
COCADDICT : un projet transnational pour une étude translationnelle de l’addiction à la cocaïneEquipements de la plateforme OptoPath - ©OptoPathCOCADDICT : un projet transnational pour une étude translationnelle de l’addiction à la cocaïne

OptoPath a fourni les arguments décisifs pour convaincre des partenaires de choix de répondre ensemble au défi de la compréhension des altérations neuronales impliquées dans l’addiction. Le consortium COCADDICT a été fondé et financé pour plus de 700K€ sur un appel d’offres ERA-Net NEURON II. Coordonné par Véronique Deroche-Gamonet, ce projet couple de façon unique la neuro-imagerie chez l’homme (Professeur Marco Leyton, Département de Psychiatrie, Université de McGill, Montréal), la neuro-imagerie chez le rat (Professeur Rainer Spanagel, CIMH, Université d’Heidelberg, Mannheim) et l’analyse fine des circuits au moyen de l’électrophysiologie et de l’optogénétique (OptoPath, France). 



PHENOVIRT

Objectifs : simuler des environnements écologiques en réalité virtuelle pour étudier en situation le comportement d'usagers, lié par exemple aux troubles du sommeil, à des troubles attentionnels ou cognitifs ; mieux connaître ces états pour les traiter ; utiliser les technologies de la réalité virtuelle pour l'analyse comportementale et la création d'agents virtuels à des fins de diagnostic, de soin et d'éducation.

EquipEx placé sous la direction de Pierre Philip.

Contact

PHENOVIRT

Jacques Taillard
Ingénieur de recherche

Mail

4 équipements de simulation et de réalité virtuelle de pointe    1 plateforme de 150m² et du personnel de recherche technique et clinique dédié
 
4 partenaires industriels 3,5 M d'€ de budget 
Pr. Pierre Philip, directeur du laboratoire SANPSY

Pour le médecin, c'est un dispositif d'aide au diagnostic. Pour le patient, cela permet d'externaliser les soins. Dans le cadre d'un symptôme comme la somnolence diurne excessive, le médecin virtuel permet un suivi régulier et peut aider à prévenir les accidents.

Pr. Pierre Philip,
directeur du laboratoire SANPSY

Zoom sur...
Un médecin virtuel pour diagnostiquer les pathologies du sommeilSimulateur de conduite - Un médecin virtuel pour diagnostiquer les pathologies du sommeil

La somnolence diurne excessive (SDE) touche 10% de la population. Elle peut maintenant être diagnostiquée par un médecin virtuel développé par le laboratoire Sommeil, Attention, Neuropsychiatrie (SANPSY) de l’université de Bordeaux. L’équipe a mis au point un agent conversationnel animé (ACA) capable de conduire un entretien clinique avec un patient pour diagnostiquer la SDE, à partir d’une échelle de mesure de cette somnolence validée médicalement (Epworth Spleepiness Scale). Les résultats, publiés dans la revue scientifique Presence, révèlent une bonne efficacité de l’outil et sont corrélés à plus de 80% avec ceux obtenus par de vrais médecins. De plus, la majorité des sujets ayant testé le dispositif a trouvé l’expérience agréable. De la même façon, le diagnostic de la dépression est en cours...



HAUT