Liens avec l'environnement

Objectif: Assurer la pertinence des objectifs des formations en matière de compétences visées et donner aux étudiants les moyens nécessaires pour comprendre les enjeux d'un monde sans cesse en mouvement.

Dans un monde par nature réticulaire et complexe, les ponts entre les nœuds centraux que sont les universités, les organisations et les entreprises sont cruciaux pour ouvrir et décloisonner les formations. L'activation de réseaux de métiers, d’expertises, de connaissances, permet une mise en circulation fluide des compétences et des savoirs et une articulation entre le local et le global. Afin d'une part, d'assurer la pertinence des objectifs des formations en matière de compétences visées, et d'autre part, de donner aux étudiants les moyens nécessaires pour comprendre les enjeux d’un monde sans cesse en mouvement, les nouveaux cursus proposés doivent être en connexion forte avec leur environnement proche, le monde de la recherche à l’intérieur des universités et le monde socio-économique, industriel et associatif sur le territoire régional, national, ou international, et intégrer une prise en compte des enjeux sociétaux.

Ancrage dans la recherche

L'ancrage de toutes les formations universitaires dans la recherche doit être confortée, y compris pour le cycle licence, d'une part pour garantir qu'elles sont en prise avec les résultats récents de la recherche et le savoir en cours de construction, et d'autre part pour contribuer à développer les compétences génériques liées à la recherche (méthodologie, esprit critique, créativité, etc.) et à promouvoir la culture de l’intégrité scientifique. C’est une manière de mettre l’étudiant au centre du processus d’apprentissage, de lui permettre d’appréhender la complexité d’un problème à travers plusieurs approches possibles, et donc d’améliorer ses compétences dont dépendra son employabilité. Cette articulation est aussi un moteur pour la création de programmes pluridisciplinaires répondant à un besoin d’offre de formation où les secteurs professionnels se structurent eux-mêmes autour de besoins en compétences diversifiées, en particulier pour les métiers de l’encadrement intermédiaire ou supérieur. Les nouveaux cursus seront construits de manière à proposer des acquisitions progressives visant les compétences liées à la recherche, avec l'enchaînement de séquences de découverte, de production, puis d'immersion. Cela se traduira notamment par une implication accrue des laboratoires dans leur conception et leur mise en œuvre et par le renforcement de l'offre de stage courts dans les unités de recherche. Les nouveaux cursus proposés sont enfin propices à la construction de parcours enrichis en lien avec les Écoles Universitaires de Recherche (EUR).

Liens avec l'environnement

Articulation avec le monde socio-économique

L’articulation avec le monde socio-économique et l'implication des entreprises dans le cycle licence a souvent été insuffisamment prise en compte, que ce soit pour la conception des formations ou par leur mise en œuvre. Il est essentiel de renforcer cette articulation dès la conception des nouveaux cursus, et tout particulièrement pour les programmes visant une sortie professionnalisant à l'issue du cycle, afin de garantir la pertinence des compétences transverses et génériques visées du point de vue de l'employabilité. Cette articulation a également vocation à renforcer la mise en œuvre d’enseignements pratiques et opérationnels et naturellement le déploiement de l’alternance. Elle est incontournable pour proposer des certifications de blocs de compétences, que ce soit pour une sortie anticipée du cycle ou pour une reprise d'étude dans le cadre de la FTLV. Le renforcement de l'articulation avec le monde socio-économique passe également par une accentuation de l’internationalisation des formations en premier cycle universitaire. Cela permet aux étudiants de développer leur capacité d’adaptation et leur faculté de compréhension et d’acceptation des différences dans un monde de plus en plus complexe. Le défi à relever consiste à intégrer cette approche dans des cursus à forts effectifs. L’internationalisation peut être renforcée en fonction des attentes et besoins exprimés par les étudiants, par exemple en donnant la possibilité aux étudiants tournés dès le début vers l’international de suivre un parcours sélectif avec une mobilité obligatoire et des enseignements en anglais.

Intégration des enjeux sociétaux

La transmission d’une culture humaniste et scientifique constitue l’un des marqueurs identitaires historiques de la formation dans l’enseignement supérieur. L’UB se doit de répondre aux nouveaux enjeux sociétaux dans un monde complexe et changeant (vieillissement, précarisation, développement durable, robotisation, technologie numérique, nouvelle montée des fanatismes…). Dès la licence, et tout particulièrement pour les étudiants ne souhaitant pas poursuivre en master, les nouveaux cursus proposés permettront la création de programmes thématiques et interdisciplinaires, permettant d'apporter une première réponse à ces problématiques. Ces programmes sont propices à renforcer l'employabilité à long terme des étudiants en visant l'acquisition d'outils méthodologiques et conceptuels et la capacité à sélectionner et mobiliser les informations clés utiles à la compréhension et au traitement d'un problème. Ils permettront également à des publics divers (et plus particulièrement FTLV) d’actualiser ou d’élargir leurs connaissances, de réaliser des projets de reconversion professionnelle ou d’inscrire leur formation dans une perspective alternative ou complémentaire aux cursus traditionnels.



HAUT