« Santé - Société » : le campus bordelais à la pointe

« Santé - Société » : le campus bordelais à la pointe

Accélérer l’innovation dans la recherche et l’organisation des systèmes de santé, tel est l’objectif du programme HEAlth Determinants in Societies (HEADS) lancé il y a un an.

Comment ? En suscitant et soutenant des réflexions et des recherches pluridisciplinaires autour de thématiques « santé-société » avec une forte dimension internationale. Sont ici questionnés les déterminants sociaux de la santé à travers les sciences sociales, les sciences du vivant et la médecine. L’équipe HEADS en charge de la mise en œuvre du programme nous éclaire sur les temps forts de cette première année de mise en œuvre, et les prochains défis du programme.

 

Pourquoi cette thématique est-elle au cœur de la politique d’excellence du campus bordelais ?

Le campus bordelais est un pôle très actif et innovant en matière de santé, avec des environnement hospitaliers et industriels de pointe auxquels sont venus s’ajouter les dispositifs d’excellence labellisés par des programmes nationaux (Laboratoires d’excellence Brain et Trail, cohorte i-SHARE, IHU Lyric, Siric BRIO,...).

Pour positionner Bordeaux parmi les grands pôles mondiaux en matière de santé, il était nécessaire de développer et de structurer d’autres approches de la santé, issues des sciences humaines et sociales, mêlées aux perspectives épidémiologiques et biomédicales. Cette approche santé-société permet de croiser les disciplines et de proposer un regard nouveau sur les questions de santé. HEADS est ainsi conçu comme un levier de cette dynamique fédératrice pour faire de Bordeaux un pôle innovant en santé et rayonnant à l’international.

Le programme HEADS a été lancé il y a un an, quelles ont été les premières actions ?

En premier lieu, nous avons cherché à constituer une communauté pluridisciplinaire sur les questions de santé. Ainsi, 4 projets de recherche pilotes ont été lancés autour de la perte d’autonomie chez les personnes âgées, de l’impact de la régulation des médicaments, de la réussite scolaire et des risques psychosociaux au travail.

4 thèses sont également soutenues dans différentes disciplines (droit de la santé, psychologie, science politique) depuis la rentrée 2015, avec d’autres contrats prévus pour septembre prochain. Ces doctorants sont considérés comme des piliers de la dynamique de HEADS. Ils participent à l’ensemble des évènements du programme mais également à leur conception et à leur diffusion. Fondamentalement ce programme doit être co-construit avec les chercheurs de la communauté.

Nous tâchons également de jalonner l’année d’évènements scientifiques de différents formats visant à susciter de nouveaux questionnements en faisant se rencontrer les chercheurs.

À titre d’exemple, les séminaires thématiques « jeunes chercheurs » ont permis de discuter 4 thématiques de recherche nourries par des présentations issues de 8 disciplines.

Quels sont les temps forts qui ont marqué cette année de lancement ?

Nous avons accueilli 3 conférenciers de renommée internationale sur des thématiques d’avenir : les déterminants économiques et sociaux de la santé  (Sandro Galea, University of Columbia), les catégorisations en santé mentales (Allen Frances, Duke University) et le stress au travail (Maureen Dollard, University of South Australia). Deux autres conférences sont prévues dans les prochains mois autour de l’action publique liée aux épidémies (Rosemary Taylor, Tufts University) et des risques psychosociaux au travail (Robert Karasek, UMass Lowell).

2015 a aussi été l’année de la deuxième édition de la Bordeaux International School of Population Health Sciences (BISPHS). Cet évènement est un espace d'échange et d'apprentissage ouvert aux chercheurs de tous niveaux ainsi qu’aux professionnels.

Et pour cette année, quelles sont les perspectives du programme HEADS ?

Les projets de recherche pilotes ainsi que les travaux de thèse démarrés il y a un an vont commencer à porter leurs fruits. Nous allons pouvoir valoriser les premiers résultats de ces travaux notamment à travers des évènements d’animation scientifique spécifiques.

À partir de la prochaine rentrée universitaire, nous allons développer des actions en formation visant là encore à stimuler l'ouverture disciplinaire et l'internationalisation.

Ces actions prendront la forme d'échanges et de mobilités d'étudiants/doctorants, d'ateliers et de séminaires interdisciplinaires entre autres.

Des appels spécifiques vont donc être lancés auprès des étudiants et doctorants du campus pour leur permettre d’appréhender des problématiques de santé de plus en plus complexes. De nouveaux modules de formations transversaux pourront également être lancés pour renforcer les parcours existants.

Pour suivre l'actualité du programme Voir le site web

Journée d'étude : L'éthique de la recherche en santé. Cette journée d'étude s'adresse à tout doctorant, chercheur et enseignant-chercheur. RDV le 1er octobre, amphi Fabre, campus de la Victoire Programme et inscription gratuite en ligne



HAUT